3/08/2012

Enfant trisomique...et alors?

Un peu plus tôt cette semaine, sur le profil de Kim Auclair, j'ai vu ce message que j'ai immédiatement eu envie de partager :

Trisomique...et alors?

Cette campagne a été mise en place par la Fondation Jérôme Lejeune en France pour souligner la journée mondiale de la Trisomie 21 qui aura lieu le 21 mars prochain.

C'est un très beau message d'espoir.

5 commentaires :

  1. Je ne comprends pas bien l'objectif de cette campagne. Est-ce qu'ils suggèrent de ne plus pratiquer d'avortement thérapeutique lorsqu'on peut détecter ce problème sur le phoetus?
    La vie des adultes trisomiques ou certains déficients mentaux qu'on leur propose dans notre société ne me semble pas très enviable. Alors qu'on sait qu'ils gardent pour la plus part un age mental d'environ 8ans on les fait travailler dans des CAT, il n'y a quasiment pas de structures d'accueil lorsque les parents ont besoin de souffler ou qu'ils ne peuvent plus s'en charger au quotidien. Bref c'est comme de faire un enfant en étant assuré qu'il devra travailler à 8ans et qu'il ira en pension au même age que ça lui plaise ou non.

    RépondreSupprimer
  2. Effectivement, l'objectif n'est pas clair..il y a d'autres images associées à cette campagne. Mais ce que j'ai retenu, c'est qu'il y a aussi de l'espoir - tant pour les parents que pour les enfants - de connaître le bonheur malgré ce handicap. Je connais des familles qui ont eu un enfant trisomique et - malgré une vie remplie de sacrifices et d'efforts surhumains - ont su aimer très fort leurs enfants et même apprendre d'eux.

    RépondreSupprimer
  3. Cette campagne a pour but d'attirer l'attention sur le tri génétique effectué en France: depuis quelques années, toutes les femmes enceintes se voient proposer de façon systématique un test de trisomie (elles ignorent qu'elles peuvent le refuser). Ce test est présenté comme obligatoire, alors qu'il ne l'est pas.
    Le résultat, c'est 96% d'avortement thérapeutique. La campagne a pour but de rappeler aux familles qu'elles ont le choix de savoir ou pas, et qu'un enfant trisomique peut avoir une vie.
    Il y a un an, un député français s'était étonné qu'ils naissent encore des enfants trisomiques en France: «Quand j’entends que, malheureusement, 96 % des grossesses pour lesquelles la trisomie 21 est repérée se terminent par une interruption de grossesse, la vraie question que je me pose, c’est pourquoi il en reste 4%" (olivier Dussopt). La campagne rappelle ces éléments du débat.
    CB

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, je trouve ces campagne: Admirable!:)

    RépondreSupprimer
  5. Je ne voudrais pas être désagréable mais moi j'ai trouvé cette pub affreuse.
    "Le tri, c'est bien, mais pas pour tout".
    C'est cette phrase qui me choque. Cette phrase veut dire qu'il n'est pas bien de "trier" les enfants et donc de ne pas mettre terme à la grossesse lorsqu'on sait qu'une enfant trisomique est attendu (ce qui est discutable m'enfin). Le problème, c'est que on dirait un mauvais jeu de mots avec le "tri" du "trisomique" qui ne serait pas bien. Le fait donc d'avoir un troisième chromosome 21.
    Quelqu'un ayant un humour noir pourrait faire cette "blague"; pour une campagne de sensibilisation à la cause, je trouve ça plutôt déplacé.

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser un commentaire! C'est toujours très apprécié!