2/15/2013

La différence

On ne sait trop pourquoi, mais à chaque tournant de notre vie, on trouve toujours des gens pour nous inspirer.  C'est ce qui m'est arrivé cette semaine quand j'ai revu une grande amie de l'université.

Elle aussi, elle a un enfant « différent ».  Comme moi, elle haït ça qu'on le désigne ainsi.

Nos enfants sont tous différents.  En tant qu'adultes, nous sommes tous différents aussi, mais l'être humain aime ça créer des petites cases, des catégories, des exceptions.  On aime ça catégoriser les gens, leur mettre des étiquettes sur le front : blancs, noirs, jaunes, rouges, végétariens, homos, riches, pauvres, déficients, TSA, TED, whatever fits.  C'est rassurant, de croire qu'on fait partie de la norme, mais de quelle norme au juste?  Nous sommes tous des êtres uniques. La seule norme qui existe est l'humanité. 

Tout être humain a des besoins d'être humain. Qu'il lui manque un bras, deux jambes, la moitié d'un chromosome ou qu'une partie de son cerveau se développe différemment, qu'il préfère le broccoli au steak ou qu'il soit attiré vers ses semblables, qu'il soit d'une couleur ou d'une culture en particulier, il demeure un être humain. Pour s'épanouir, l'être humain a besoin d'amour, de reconnaissance, d'attention, de respect.  Il a besoin de savoir qu'on l'aime comme il est, avec ses sentiments, ses forces, ses faiblesses.  That's all!  Et dans cette perspective, il n'est pas différent des autres. C'est bien pratique de catégoriser nos enfants afin de recevoir une subvention spéciale pour handicapés, mais c'est triste de savoir que l'humanité toute entière voit d'abord les différences plutôt que les points communs.

Mon enfant a peut-être un diagnostic du Trouble du spectre de l'autisme (TSA pour les intimes), mais le vôtre a peut-être autre chose. Il a peut-être les pieds ou les dents croches, un souffle au coeur, une maladie dégénérative, un penchant pour le broccoli, un trouble du comportement, une dyspraxie, une dysphasie, un trouble d'apprentissage ou God knows what.  C'est une caractéristique parmi tant d'autres. Quand je regarde mon fils, je vois d'abord un petit garçon souriant, heureux, qui aime la musique, adore les Angry Birds, les camions, les petits bonhommes à la télé, qui déteste le poulet mais qui aime le poisson et surtout, qui a besoin que son père, sa mère et tous ceux qui l'entourent reconnaissent tout son potentiel en tant qu'être humain. Mon fils a peut-être un TSA, mais il est un million d'autres choses en plus. Et en ce sens, il n'est pas différent de tous les autres enfants.  Certes, on doit lui donner l'aide adéquate dont il a besoin pour s'épanouir, mais en quoi ceci le rend-t-il différent des autres?  Nos enfants ont tous besoin d'aide pour s'épanouir.  Et cette aide doit être adaptée à leurs besoins.

Mon enfant est différent du vôtre, mais le vôtre est différent du prochain. Quand vous croiserez un parent avec un enfant « différent », commencez d'abord par vous dire que c'est un parent avec un enfant. Point à la ligne.  La « différence », c'est vous qui la portez dans votre regard, dans vos questions maladroites, dans vos sous-entendus, dans votre malaise à tolérer cette fameuse différence.  Quand on est parent, tout ce qui importe, c'est le bonheur de notre enfant. Et en ce qui me concerne, la singularité de mon fils ne se trouve pas dans son diagnostic.  C'est plutôt sa petite personne dans son ensemble qui le distingue de tous les autres.  Et je sais aussi qu'il fera une différence dans les vie des autres. Et ça, je vais toujours le glorifier.

Amen.

Ps : Marie-France, il est pour toi ce billet.

4 commentaires :

  1. Je crois que ton billet est très pertinent. Je crois comme toi que chaque enfant est différent, point.

    Merci pour tes mots :-)

    RépondreSupprimer
  2. Bravo Christine,comme d'habitude c'est super bien écrit et plein de bon sens.
    Marie xo

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour vos commentaires! Ça m'encourage toujours à écrire le prochain billet ;-)

    @Whynotmoi : je viens de découvrir ton blogue....j'aime...

    RépondreSupprimer
  4. Wow, merci Christine, c'est super fin - venant de toi ça me touche vraiment! Á bientôt! X

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser un commentaire! C'est toujours très apprécié!