9/27/2011

Perdre un enfant

Lu, dans The Guardian il y a quelques jours, un témoignage touchant d'une mère qui a perdu sa grande fille de 20 ans.

Le deuil se vit différemment d'une personne à l'autre, mais cette mère ne comprends pas pourquoi les gens évitent désormais de parler de sa fille.


 « Ce que les gens ne comprennent pas, dit-elle, c'est qu'il est impossible de prédire ce qui nous rendra tristes.  C'est parfois très irrationnel (...). Ma fille était végétarienne et j'ai éclaté en sanglots devant une aubergine à l'épicerie (...) Les gens devraient nous traiter de la même manière qu'avant le décès de notre fille tout en reconnaissant l'immense vide dans nos vies ». (traduction libre)

C'est vrai......trop vrai, tristement vrai.  Rien à ajouter.

1 commentaire :

  1. Comme lorsqu'on a une grosse peine d'amour et que tout nous fait penser à celui que l'on vient de perdre, la perte de celle ou celui que l'on a mis au monde, que l'on a vu grandir, doit être tellement cruelle dans tous les souvenirs du quotidien. J'ose pas m'imaginer l'ampleur de cette indescriptible douleur.

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser un commentaire! C'est toujours très apprécié!