10/27/2010

Être parent, est-ce un « job »?

Ce matin, mon frère m'a envoyé ce palmarès des dix métiers les plus stressants selon How Stuff Works et devinez quel est celui qui détient la première position? Eh oui, le « métier » de parent.

Pour les habitués qui ont déjà un ou des enfants, il n'est pas tellement surprenant d'apprendre qu'il est stressant d'être parent.  C'est un peu comme se faire dire qu'on aura mal à la mâchoire après un arrachage de dent.  Rien d'étonnant là.  Le stress est parfois si bien intégré qu'on ne le sens même plus.  Il est là et fait ses petits trucs dans son coin et nous on s'y habitue.  Vivre avec le stress de la « parentitude », c'est un peu comme vivre avec un coloc désagréable qui se terre dans sa chambre.  On essaie de l'ignorer, mais il est toujours là.

En fait, en lisant ce billet, je me suis rendue compte que tout le concept qui consiste à comparer la « parentitude » à un emploi ou à un métier me rend très mal à l'aise. Ne trouvez-vous pas qu'il y a dans ce concept un petit quelque chose de dérangeant?

Ainsi....


1) Un emploi est rémunéré avec du vrai argent : quand on est parent, loin d'être rémunéré, on ne fait que dépenser de ces billets verts, parfois même plus qu'on en gagne!

2) On peut démissionner de son emploi : quand on est parent, on ne peut pas démissionner.  En fait, on peut bien essayer, mais au fond, même si on essaie très fort se soustraire à ses responsabilités, on demeure toujours parents, même si ce n'est que théorique. 

3) On peut être congédié de son emploi : bien sûr, des ados ou jeunes adultes écorchés ou rebelles peuvent bien essayer de congédier leurs parents, mais sur papier, les parents demeurent les parents.

4) Un métier demande généralement une formation : être parent s'apprend sur le « tas » au fur et à mesure et on n'obtient jamais de diplôme pour couronner nos apprentissages.

5) On peut changer de métier si ça nous chante : mais quand on est parent, on ne peut pas vraiment changer de « carrière »...Devenir parent est un état permanent, en principe.

Bien sûr, être parent est un état qui requiert des efforts, de la persévérance, de l'intelligence, de l'empathie, du courage, de l'endurance mais aussi une certaine forme de talent, de leadership, des capacités de planification et d'organisation et bien d'autres qualités qu'on doit souvent développer dans le cadre de son travail.

Or, pour moi, la principale raison pour laquelle on ne peut pas comparer l'état de parent avec un simple emploi, c'est l'amour.  On peut bien aimer son travail, son métier ou sa profession,  mais on ne l'aimera jamais inconditionnellement, comme on aime ses enfants.  Nous aimons nos enfants inconditionnellement, même quand ils sont terriblement odieux.  Si c'était un « job » d'être parent, on ne pourrait jamais aimer nos enfants à ce point.

Connaissez-vous quelqu'un qui aime vraiment son métier ou sa job de manière inconditionnelle? 
Moi je n'en connais pas.

6 commentaires :

  1. ouach !!! Être parent n'est pas un métier, enfin pas pour moi. C'est plus comme un bras ou une jambe... Ça fait partit de moi et je ne serais pas moi si je n'étais pas parent. Si je perds mon emploi ou que je le quitte, je ne changerais pas qui je suis pour autant. Si je ne suis plus maman... je peux même pas imaginer. être un parent c'est tout simplement moi de la tête aux pieds.

    Petite note, je ne dis pas que si on est pas parent notre vie est vide, je crois juste qu'être parent c'est la vie pour moi. Je crois que c'est important de le préciser

    RépondreSupprimer
  2. Mamanetbienplusencore10/28/2010 8:48 a.m.

    Malheureusement, certains parents démissionnent de leur emploi de parent, certains se font congédier aussi soit par la DPJ ou encore par l'enfant lui même.

    La formation dépend du métier que tu feras et du temps que tu veux mettre dans cette formation tout comme la formation que tu peux suivre pour être un meilleur parent... Il y en a des formations pour nous aider à notre role de parent.

    Très malheureusement, certains parents sont rémunérés pour avoir des enfants, plus ils en ont et plus le chèque est gros...

    Donc, reste à savoir si on peut changer de métier quand on est parent ?!? Je crois que oui... Certaines personnes choissisent de ne plus s'occuper de leurs enfants mais plutôt d'être des travailleurs à temps plein ou encore de bons ''chums'' etc...

    Malgré cela, je ne crois pas qu'être parent est un métier mais bien une vocation, du bénévolat payant en gratitude qui parfois tarde à venir mais qui vient un jour ou l'autre...

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. Mamanetbienplusencore10/28/2010 8:48 a.m.

    Malheureusement, certains parents démissionnent de leur emploi de parent, certains se font congédier aussi soit par la DPJ ou encore par l'enfant lui même.

    La formation dépend du métier que tu feras et du temps que tu veux mettre dans cette formation tout comme la formation que tu peux suivre pour être un meilleur parent... Il y en a des formations pour nous aider à notre role de parent.

    Très malheureusement, certains parents sont rémunérés pour avoir des enfants, plus ils en ont et plus le chèque est gros...

    Donc, reste à savoir si on peut changer de métier quand on est parent ?!? Je crois que oui... Certaines personnes choissisent de ne plus s'occuper de leurs enfants mais plutôt d'être des travailleurs à temps plein ou encore de bons ''chums'' etc...

    Malgré cela, je ne crois pas qu'être parent est un métier mais bien une vocation, du bénévolat payant en gratitude qui parfois tarde à venir mais qui vient un jour ou l'autre...

    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  4. D'accord avec toi, être parent ce n'est pas une job !

    Et honnêtement, je ne connais personne qui aime son travail inconditionnellement, même pas mes ami(e)s qui sont des "workoholic"!

    RépondreSupprimer
  5. Aussi, on a beau aimé notre travail, on ne recevra jamais d'amour en retour comme on en reçoit de nos enfants.

    RépondreSupprimer
  6. Nathalie Fortin11/02/2010 9:06 p.m.

    Touchant article...

    Quand on parle du travail de parent ça me rappelle toujours la grand-mère de mon mari.

    Elle disait bien enflammé (mais pas trop non plus) qu'elle avait élevé 9 enfants (ou 7?) pour lesquels le gouvernement retire maintenant des impôts mais que quand son tour est venu d'avoir une pension de vieillesse, elle l'a eu, mais l'équivalent a été coupé à son mari.

    Pourtant elle a occupé à plein temps plusieurs métier en restant à la maison à temps plein pour élever ses enfants : éducatrice/gardienne, nettoyeur, femme de ménage, cuisinière, et bien d'autres tâches connexes à l'entretien de la maison.

    Ça me fait encore beaucoup réfléchir après plusieurs années...

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser un commentaire! C'est toujours très apprécié!