3/21/2009

"Equal parenting" ou la vie rêvée d'un couple équilibré

Dans un couple, est-ce possible de séparer les tâches à parts égales en tout temps?

Il semblerait que ce couple américain y parvienne sans trop de difficultés. Interviewés par le New York Times l'été dernier, l'homme et la femme expliquent leur philosophie au sujet du "equal parenting". Ils ont renoncé à maximiser leur revenu familial, explique le papa moderne. Ils cherchent plutôt à optimiser leur vie de famille de manière à éviter la folie quotidienne que connaissent de nombreux parents.

Inspirant (et à partager avec votre compagnon de vie) :

3/20/2009

Mentez-vous à vos enfants?

Moi si. Tout le temps. Coupable? Pas trop....

"Si tu manges tes légumes, ça t'aidera à grandir. Si tu manges aussi ta viande, tu grandiras encore plus vite cette nuit!" (et ça marche chez les enfants pressés de grandir!).

"Non, maman et papa ne peuvent pas t'acheter de jouets. Il faut les demander au Père Noël. C'est lui qui décide." (Déresponsabilisation totale!)

"Non, on ne peut pas en acheter. On est trop pauvres!" (avec un air piteux, c'est très efficace).

"Non, c'est un jouet pour les enfants de 8 ans et plus." (il aura probablement oublié d'ici là...)

Et il y a tous ces autres "mensonges" qui sont en fait le résultat d'une participation active dans la vie imaginaire de mon fils. À la question "Maman, est-ce que les extra-terrestres existent?" (on a regardé E.T), j'ai dis "nouiii", laissant planer un peu le doute. Et à la question "Maman, est-ce qu'ils viennent sur notre plantète?", j'ai répondu "eûh, non, pas en ce moment. Ils sont très occupés à jouer sur leur planète". Même chose avec les monstres, les Transformers et toutes les autres bestioles sorties de l'espace. Il me parle régulièrement de "sa" planète où il a "sa" maison, "sa voiture sport rouge très rapide" et où il a de "supers pouvoirs" pour sauver tous les enfants en difficulté. Est-ce que je le ramène sur le droit chemin de la réalité? Non. Jamais je n'oserais déranger cette merveilleuse créativité de l'esprit. Il se rendra compte bien assez vite de la réalité.

Ces mères expliquent leur perception du petit mensonge :



Y a-t-il des limites à mentir? Oui, bien sûr. Certains spécialistes disent qu'un enfants élevé dans le mensonge pourrait adopter ce comportement dès qu'il comprend la magouille, mais qu'en général, les petits mensonges cousus de fil blanc demeurent inoffensifs. Dans les cas où il y aurait un risque de traumatisme (décès, accident, etc.), on conseille même de mentir un peu.

Je dis que je mens tout le temps, mais au fond c'est un peu faux (je mens encore, mausus!). En fait, dès qu'il s'agit d'une question plus scientifique, philosophique ou spirituelle, je m'efforce de lui dire la vérité ou à tout le moins, de l'aider à trouver sa vérité. Ainsi, le soleil ne se "couche" pas, c'est la terre qui tourne autour du soleil. Dans certains cas, c'est plus difficile de répondre : "Maman, j'étais où avant d'être dans ton ventre?" ou bien "Qu'est-ce qui arrive quand on meurt?". Dans ces situations, je lui retourne la question pour qu'il essaie de se trouver une réponse.

Et vous, êtes-vous devenues des mamans menteuses (ou des papas menteurs) pathétiques?

3/18/2009

Les 10 secrets les mieux gardés au sujet de la maternité

J'ai pas le temps de le traduire pour l'instant, mais si vous vous débrouillez en anglais, allez lire ce billet très drôle trouvé sur Times Online :

Ten things they never tell you about motherhood
: Motherhood is one of the great obsessions of our age. Everyone seems to have an opinion, even those who will never experience it (men), and those for whom it is a distant memory (grumpy old ladies). Whether you breast-feed or bottle-feed, give birth naturally or deliver by Caesarean, stay at home or return to work, the impression is that whatever you are doing, it's almost certainly wrong. suite>>

3/17/2009

A Good Childhood : les mères qui travaillent sont-elles coupables du déclin des conditions de vie des enfants en Grande-Bretagne?

Au début de février, la Children Society, un organisme voué à l'amélioration des conditions des enfants et associé à la Church of England - l'église chrétienne officielle d'Angleterre - a déposé les résultats d'une vaste étude sur la qualité de vie des enfants en Grande-Bretagne qui en a dérangé plusieurs.

L'étude, intitulée A Good Childhood: Searching for Values in a Competitive Age, est le résultat d'une enquête menée auprès de 30 000 enfants, qui par le biais d'entrevues ou de questionnaires, ont contribué à documenter les conditions de vie des enfants britanniques. L'enquête - qui se veut indépendante de l'Église a été menée par une brochette d'experts, d'universitaires et de membres influents d'organismes sociaux britanniques.

Le portrait que brosse cette recherche n'est pas rose. La situation des enfants en Grande-Bretagne laisserait à désirer. L'étude juge que l'individualisme exacerbé des parents d'aujourd'hui serait en grande partie responsable du mal-être généralisé de l'enfance britannique.

L'étude explique que les mères qui travaillent contribuent, par leur plus grande indépendance financière, à briser les familles :

"Most women now work and their new economic independence contributes to levels of family break-up which are higher in the UK than in any other Western European country." (source : BBC news)

Les auteurs se défendent toutefois d'accuser les mères de travailler :

"'At no point do we suggest that mothers ought not to go out to work. We stress the importance of genuine choice for parents of young children. If they decide to work, high quality childcare should be available. If they decide to work less, more extended parental leave should be available for either parent (even if unpaid), with no loss of seniority. We argue that flexibility of working hours for both mothers and fathers is key." (Source : The Psychologist)

L'étude affirme aussi que les enfants provenant de familles où les parents sont séparés ont 50% plus de chances d'échouer à l'école, de présenter des problème de confiance en soi, d'être impopulaires avec leurs camarades de classe et de développer des problèmes de comportement ou de souffrir d'anxiété et de dépression :

"Children with separate, single or step parents are 50% more likely to fail at school, have low esteem, be unpopular with other children and have behavioural difficulties, anxiety or depression," (source : BBC news)

***

L'étude a suscité bien des critiques. Dans une publication du National Children's Bureau, on se demande pourquoi la Good Children Society n'aborde à peu près pas la qualité de vie de la petite enfance ainsi que la qualité des services de garde. Dans Parents with Attitude, l'auteure Jennie Bristow s'insurge à l'égard du ton moralisateur des conclusions de l'enquête et se désole qu'une recherche de cette ampleur n'ait servi qu'à appuyer les vues conservatrices de l'organisme et de la Church of England.

Le rapport inclut une longue liste de recommandations à l'intention des parents, du gouvernement et de la société en générale. Celles qui ont suscité le plus de réactions : les hommes et les femmes devraient s'engager à long terme avant de songer à fonder une famille (comme si l'intention n'y était pas!) et on recommande au gouvernement de mettre en place un programme pour identifier dès l'entrée à l'école, les problèmes de santé mentale.

Évidement, il n'y a pas que du mauvais parmi ces recommandations. Certaines sont tout à fait appropriées : on recommande notamment d'éliminer la violence des écoles et d'interdire la publicité destinée aux enfants (mesure adoptée ici au Québec depuis belle lurette).

3/15/2009

Une vitrine pour les mères entrepreneures françaises

Le moins que l'on puisse dire, c'est que les mères entrepreneures françaises ont été très actives pendant l'hiver. Depuis quelques semaines, un site-vitrine a été lancé afin de donner un maximum de visibilité aux "mompreneures" de l'Hexagone. Le projet a été mené par Céline Fenié, fondatrice de Maman Shopping, ainsi que du regroupement des Mompreneurs qu'on retrouve aussi sur Facebook.

Le répertoire compte 200 mères entrepreneures qui oeuvrent dans de nombreux domaines : Soins & beauté, mode enfant, mode maman, gastronomie, organisation d'événement, décoration, etc.

Celles qu'on désigne en tant que "mompreneures" sont des mères qui ont choisi de fonder une entreprise à domicile pour faciliter la gestion travail-famille. Le phénomène est déjà fort bien établi aux États-Unis et au Canada anglais. Il est désormais en pleine croissance en France.

Pour le Québec, il y a bel et bien plusieurs mères entrepreneures, mais je n'ai pas encore trouvé de données pour mesurer l'ampleur du phénomène.

3/14/2009

Pourquoi dieu a-t-il créé les mamans?

J'ignore d'où ça vient et si c'est vrai, mais voilà qu'on aurait demandé à des enfants de sept ans de répondre à ces questions. À lire les réponses, je ne serais pas étonnée que ce soit vrai...c'est drôle! Merci à mon beau-frère pour la contribution! (Ça se prend bien un samedi soir!)

A) Pourquoi dieu a-t-il créé des mamans?

1. Parce que c'est la seule qui sait ou est le scotch tape.

2. Surtout pour nettoyer la maison.

3. Pour nous aider à sortir quand on vient au monde.

B) Comment Dieu a-t-il fait les mamans?

1. Avec de la terre, comme nous autres.

2. Avec de la magie, des supers pouvoirs et en brassant beaucoup.

3. Comme il m'a fait, mais en utilisant des pièces plus grandes.

C) De quels ingrédients sont faites les mamans?

1. De nuage et de cheveux d'ange avec tout ce qui est bon sur la terre et un petit peu de méchant.

2. Avec les os des hommes et un peu de corde je crois.

D) Pourquoi Dieu t'as donné ta maman et pas une autre maman?

1. Parce qu'on est de la même famille.

2. Parce que Dieu savait qu'elle m'aimait plus que les autres mamans.

E) Quelle sorte de petite fille était ta maman?

1. Ma mère a toujours été ma mère elle n'a jamais été autre chose.

2. Je ne sais pas je n'étais pas là, mais je dirais plutôt contrôlante.

3. Ils disent qu'elle était plutôt gentille.

F) Qu'est-ce que ta maman devait savoir sur ton père avant de l'épouser?

1. Son nom de famille.

2. Elle devait savoir son passé. S'il était un bandit ou s'il se soulait avec de la bière.

3. Est-ce qu'il fait au moins 800$ par année? Est-ce qu'il avait dit non à la drogue?

G) Pourquoi ta maman a marié ton papa?

1. Mon père fait le meilleur spaghetti au monde et ma maman mange beaucoup.

2. Elle était trop vieille pour faire autre chose avec lui.

3. Ma grand-mère dit qu'elle n'a pas réfléchi longtemps.

H) Qui est le boss chez vous?

1. Ma mère ne veut pas être le boss, mais elle n'a pas le choix car mon père est stupide.

2. Ma mère. C'est elle qui fait les inspections dans les chambres et voit tout.

3. Je suppose que c'est ma mère, parce qu'elle a plus de travail que mon père.

I) C'est quoi la différence entre un papa et une maman?

1. Maman travaille au bureau et travaille à la maison, papa ne travaille qu'au bureau.

2. Une mère sait parler à un professeur sans lui faire peur, pas les pères.

3. Les papas sont plus grands et plus forts, mais les mamans ont des pouvoirs plus grands parce que c'est elles qui décident si tu peux coucher chez un ami.

4. Les mamans font de la magie, elles te font sentir mieux même sans prendre de médicaments, les papas il leur faut des pilules.

J) Qu'est-ce que ta maman fait dans ses temps libres?

1. Les mamans n'ont pas de temps libre.

2. Ma maman ne fait que payer des comptes toute la journée.

K) Qu'est-ce que ca prendrait pour rendre ta maman parfaite?

1. Dans son dedans elle est déjà parfaite. En dehors ca prendrait une opération.

2. Une diète et je teindrais ses cheveux bleus.

L) Si tu pouvais changer une chose de ta maman ce serait quoi?

1. Elle veut toujours que je garde ma chambre propre, j'arrêterais ça.

2. Je la ferais plus intelligente. Comme ça elle saurait que ce n'est pas moi mais ma sœur qui fait les mauvais coups.

3. Je voudrais qu'elle se débarrasse de ses yeux invisibles derrière la tête.

3/10/2009

Les pères bloguent-ils?

La question a été posée hier à la soirée de lancement des webisodes de Mère Indigne. La réponse : oui, ils bloguent aussi!

Les papas anglosaxons sont plutôt nombreux et bien répertoriés. Si vous voulez vous amuser à découvrir cet univers, c'est par ici. Il doit y en avoir une bonne centaine dans ce répertoire.

Les papas francophones qui bloguent sont plus discrets, mais ils existent. J'en ai repéré quelques-uns qui m'ont paru forts sympathiques, mais il ne faudrait pas hésiter à bonifier ma liste par vos suggestions. D'ailleurs, j'ai eu un peu de mal à trouver d'autres blogues de papas québécois. Si vous en trouvez, dites-le moi! (D'ailleurs, qui était le papa blogueur qui a pris la parole hier?)

La couche est pleine
(France)
Réflexions pissantes d'un papa anonyme.

Être père (France)
Les neufs mois de grossesse du point de vue du père.

Un rêveur dans un monde lunaire (France)
Un "rêveur dont la paternité a fait pousser des ailes ... en plumes pour écrire".

Tranche de papa (France)
Réflexions de papa en bandes dessinées.

Daddycool (France)
Le carnet de route d'un futur papa d(mais le bébé est né le 3 mars 2009.

Till The Cat (France)
Blogue d'un papa à la maison

PDFN : Père de famille nombreuse
(Québec)
Blogue personnel d'un père de famille nombreuse de Montréal.

Victoria et ses soeurs (Québec)
Celui-ci, c'est le blogue de mon petit frère qui nous donne des nouvelles de sa petite famille (formée de trois très jolies fillettes d'ailleurs!).

Aussi, la semaine dernière, Marlène Schiappa, auteure du blogue Maman travaille, a cédé son blogue à des papas pendant toute la semaine de relâche! Faut lire, c'est très instructif! Une excellente idée!

Ce n'est certainement pas exhaustif, mais ça prouve hors de tout doute que les papas bloguent!

************************************************************************
(Une petite mise à jour s'impose /12 mars 2008) Merci pour vos suggestions de cette semaine et je suis certaine qu'on en découvrira d'autres dans les recoins obscurs de la blogosphère.

J'ai vraiment aimé les blogues que vous avez suggérés :

Trentenaires, marié, 2 enfants (pas certaine du lieu de provenance...France?)
Un papa raconte de petites anecdotes fort drôles par la bande-dessinée (j'ai passé une bonne demi-heure à rigoler!).

Le papatenteux (décidément du Québec et c'est lui le papa qui était dans la salle au lancement!)
Comme il le dit " La vie avec des enfants, les deux mains d'dans!" J'adore!

*******************************************************************

Grâce à un billet écrit en juin 2008 par l'auteur du blogue Être père | Le site d'un futur papa, j'en ai découvert quelques autres :

Un père de famille (France)
Non seulement est-il père de quatre filles (toutes du même père et de la même mère, tient-il à préciser) et il a fait le choix de s'impliquer à fond dans la vie familiale. Quelques prises de position éclairantes sur la conciliation travail-famille (ou l'inverse!).

Journal d'un père plus trop célibataire
( France)
Journal d'un jeune père de 27 ans divorcé.

Papa céliba qui se bat (Belgique)
Trucs et astuces pour papas seuls.

Un homme et son blogue (Québec)
Père d'une jeune fille de 12 ans, ce père séparé vit son célibat.

Papa solo (France)
Parcours d'un père divorcé qui se bat pour récupérer la garde de son troisième fils.

Initiales : V.H (France)
Les tribulations d'un père divorcé pour voir ses enfants.

Dans la même veine :

Papa Action (France)
Un père engagé dans la défense des droits des pères

Papa en colère (France)
Papa divorcé qui lutte pour obtenir la garde partagée de ses trois enfants.

3/09/2009

Quelle belle soirée indigne!

J'arrive tout juste à la maison.

Je les ai toutes vues! Toutes! Mêmes les Zimparfaites ont retiré leur sac de papier pour l'événement! Elles ont fait leur coming out de mères blogueuses devant au moins 100 autres mères blogueuses réunies à la salle Raymond-David de Radio-Canada pour voir en primeur les premiers webisodes de la désormais célèbre Mère indigne. Vous pouvez d'ailleurs voir le tout premier épisode ici.

Si vous avez aimé lire les chroniques, vous vous bidonnerez autant en regardant ces petits bijoux de capsules. Marie-Hélène Thibault, la comédienne qui incarne Mère indigne est drôle à mourir et Stéphane Archambault, qui personnifie Père indigne est, comment dire, tellement charmant qu'on aurait toutes envie de l'épouser (ou même de l'emprunter pour une petite soirée, mais ça faut pas le dire...!)

J'aurais aimé avoir le don d'ubiquité et me faire apparaître aux quatre coins de la salle pour parler à tout le monde. J'ai quand même fait la connaissance de Maman Papoute (Profession Maman), eu une belle conversation avec Alexandra (Les mots d'Alexandra), ai placoté quelques minutes avec Dr Maman (Rien ne se perd, rien ne se créer, tout se transforme) qui était venue de Québec spécialement pour l'événement. J'ai aussi échangé quelques mots avec JulieJulie [je me suis trompée de Julie! J'ai pourtant parlé à une "Julie", qui était-ce?] puis avec l'auteure de Mamam écolo, maman bio. J'ai aussi revu mon amie Josée (Lily Écolo) qui lancera son blogue très prochainement. Je sais aussi que j'ai parlé à d'autres filles, mais mon cerveau me joue des tours à cette heure et il faudra que je consulte les cartes d'affaires que j'ai ramassées pour m'aider un peu.

Malheureusement, je n'ai pas eu le temps de prendre des photos, trop occupée à profiter de la soirée (pour une fois que je n'avais pas oublié mon appareil-photo!!!). De toutes manières, il y en aura tout plein sur le site de Radio-Canada.ca/mereindigne....

À suivre...

PS pour les amies françaises : Caroline Allard sera à Paris pour le salon du livre du 13 au 18 mars. À cette occasion, vous pourrez la rencontrer et discuter blogues au café Le Progrès, le 16 mars à partir de 18h.

3/02/2009

Let's talk about sex, baby!

Oh, ah, quoi? Ben oui, je parle de sexe! Quoi, ça ne vous dit rien? Nooon, je ne vous crois pas : vous savez très bien de quoi je parle! Allez coucher les petits, enfermez-vous dans la garde-robe et poursuivez votre lecture. Maintenant que nous sommes entre nous, je peux parler...de sexe, bien sûr!

Vous savez très bien de quoi je parle si je me fie aux résultats du sondage qu'a mené le magazine américain Working Mothers auprès de ses lectrices pour connaître la qualité de leur vie sexuelle . L'article ne le précise pas, mais on suppose que la majorité des répondantes sont des mères qui ont un emploi rémunéré.

Résultat : leur vie sexuelle n'est pas si pire que ça finalement! En fait, elle s'avère plutôt bonne et suffisamment pour mettre fin au cliché de" la mère si occupée entre son travail et la famille qu'elle n'a plus de vie sexuelle". Parmi les répondantes, 71% ont avoué faire l'amour deux à trois fois par mois et 51% ont déclaré trouver du temps pour s'adonner aux plaisirs charnels au moins une fois par semaine. Soixante-et-trois pour cent souhaiteraient une vie sexuelle encore plus active, mais elles aimeraient que ce soit plus facile d'initier l'acte.

Par ailleurs, si 85% d'entre elles ont été très attirées par leur mari avant d'avoir des enfants, la passion fond comme neige au soleil après leur naissance : 51 % se disent peu attirées par leur conjoint après la naissance des enfants.

Une sexologue explique :
Add kids to the equation and all of a sudden you’re thinking not about “that thing he does”— but about all the things you feel he’s not doing to pull his weight. Even if he cheerfully performs delegated tasks, “he’s probably not the one with the mental checklist keeping track of every birthday party, doctor’s appointment and lost mitten,” says Bostonbased sex therapist Aline Zoldbrod, PhD. “That can make you resentful. And research shows that women who are angry are not horny.”

Dans un tout autre sondage publié au printemps 2008, il a été révélé que les hommes qui font davantage de travaux ménagers ont une vie sexuelle plus active et plus satisfaisante. Quand la madame est contente...la vie sexuelle irait semble-t-il beaucoup mieux! Morale de l'histoire : chers hommes, emparez vous du lavage, de la vaisselle et du ménage!

En 2005, un sondage Léger Marketing [pdf] révélait que 83% des Québécoises étaient satisfaites de leur vie sexuelle et que 55% d'entre elles avaient des relations une fois par semaine. Selon ce sondage, la fatigue et la routine sont les facteurs no. 1 qui contribuent à tuer le désir dans un couple.