8/20/2010

Dix trucs pour un retour au travail réussi!

© Madartists | Dreamstime.com
Je ne peux vous cacher que je suis plutôt réjouie de me retrouver assise devant mon ordi avec un petit verre de vin ce soir.  C'est emballant de retrouver l'univers du travail, mais c'est aussi épuisant.  À celles qui se préparent à y retourner, voici quelques-unes de mes observations:

1) On n'est jamais trop bien préparé : dans mon cas, retrouver la routine du travail signifie que je dois aussi recommencer à faire des lunchs pour le plus vieux (dans les camps de jour, il n'y a pas toujours de micro-ondes, alors il faut faire des sandwichs), préparer du lait maternisé si bébé (bébé en boit encore), avec des vêtements propres pour tout le monde (et des vêtements de rechange pour bébé presque tous les jours) et les repas du soir doivent scrupuleusement être planifiés.  On ne peut rien laisser au hasard pour cette première semaine et même la deuxième...et la troisième...


2) Prévoir les nuits blanches : bébé dormait très bien avant, mais avec le début de la garderie, il s'est réveillé toutes les nuits vers 2h ou 3h.  Pour éviter l'épuisement total, il vaut mieux le prévoir et s'assurer - si on est deux - d'alterner la veille de nuit. C'est ce que nous avons fait.  Résultat : nous sommes tous les deux fatigués, mais c'est moins pire que si j'avais eu à l'assumer toute seule.  Les enfants sont parfois un peu « débalancés » quand une nouvelle routine s'installe...Si on est seule avec un enfant, il vaut mieux être accompagnée par une personne de confiance...

3) Se coucher tôt : pas question de se coucher tard pour le plaisir de « veiller ».  Je dois me lever vers 5h30, alors, pas question de tricher!  Même chose pour les enfants : les longues journées dans un service de garde ou un camp de jour les rendra plus fatigués, c'est inévitable. Vite, on s'abandonne dans les bras de Morphée...

4) Prévoir le chaos : le ménage ne sera pas aussi impeccable qu'à l'habitude, la vaisselle va peut-être traîner, les jouets ne seront peut-être pas rangés, les lits ne seront peut-être pas faits, mais ce n'est pas grave.  Quand la fin de semaine arrive, on peut se reprendre. Indulgence...Ah oui! J'oubliais! Vous n'avez pas fait vos 10 kilomètres de jogging cette semaine? Arrêtez de vous en faire...

5) Repousser la vie sociale et les gros projets à plus tard : bien sûr, j'ai envie de voir mes ami(es), de faire avancer nos projets de rénovation et tout le tra-la-la, mais n'est-ce pas plus sage de se donner quelques semaines de répit avant de reprendre la totalité de nos activités?  Pour ma part, j'ai même décidé de me soustraire de l'organisation de l'événement Belles à bloguer pour le moment (mais j'y serai, sans faute!).  J'ai décidé de me donner une chance pour ne pas frapper un mur dans six mois...

6) Reprendre rapidement le collier : vos dossiers vous semblent à des années-lumières? Pffft...préparez-vous à faire travailler vos cellules grises pour vous remettre en contexte. Personne ne s'attendra à ce que vous soyez  « top » dès la première semaine, mais votre orgueil personnel, si.

7) Accepter le changement : retourner travailler après un congé parental est un changement de taille en soi, mais ce n'est pas le seul.  Vous avez changé, vos collègues ont changé, l'organisation a changé, vos tâches ont peut-être changé, votre patron a peut-être changé.  Bref, il y a un nombre incalculable de changements auxquels vous devrez faire face et sur lesquels vous n'avez aucun contrôle.  Une grande respiration et on relaxe!

8) Fatigue = chicane : conjoints + enfants fatigués est une équation gagnante pour les chicanes de famille.  Le sachant, on met un peu d'eau dans son vin.  Pourquoi s'arracher les cheveux (et la tête!) quand on est fatigué?  On se calme et on respire par le nez!

9) Les fins de semaine, on se repose : on a repoussé la vie sociale de quelques semaines, mais les fins de semaine, on essaie de se ressourcer, seule ou en famille.  Si possible, chaque conjoint laisse à l'autre un peu de temps pour se remettre de ses émotions.  Les enfants aussi ont besoin de décrocher de la routine.  Zéro culpabilité même si on décide de regarder un film en plein samedi après-midi.  On relaxe...

10) On se fait plaisir : moi, j'aime boire du vin, mon chum aime prendre une petite bière, mon aîné aime jouer aux jeux d'ordinateur et bébé aime jouer avec ses camions.  On s'offre quelques gâteries, une crème glacée, un déjeuner au restaurant, une boîte de beignes.  N'importe quoi qui fait plaisir. On se met en mode épicurien pendant le weekend (et pourquoi pas pour tous les weekend de l'année?).

Il n'y a pas de recette magique pour survivre à un retour au travail, mais si on se donne un peu de répit, toute la famille sera plus heureuse.

Je valide l’inscription de ce blog au service Paperblog sous le pseudo mamamiiia

4 commentaires :

  1. Bravo pour cette liste pleine de bon sens. Il faut laisser le temps aux choses de redevenir à la normale, pour tous.

    RépondreSupprimer
  2. mariejulieparent/ toutautourdemoi.com8/20/2010 10:12 p.m.

    et j'ajouterais aussi, arrêter de se culpabiliser, et ne pas s'en faire avec les quand dira-t-on...et quand je me sentirai au bord du chaos, je vais relire tes conseils! :)

    RépondreSupprimer
  3. Marâtre Joyeuse8/21/2010 9:31 a.m.

    J'adore!
    Je prends en note pour, hum... octobre 2011?

    RépondreSupprimer
  4. Je me reconnaîs beaucoup dans ce billet. Même après deux mois de retour au travail, nous sommes encore en adaptation. Mais on respire par le nez et ça va de mieux en mieux!

    RépondreSupprimer

Merci de me laisser un commentaire! C'est toujours très apprécié!